Les baskets sans la tête

Quel drôle de titre non ? Et oui, aujourd’hui on vas parler basket. Mais pas dans un look ou dans une wishlist, on est plus proche de l’analyse du « phénomène basket » qui a envahit nos rues et internet. Je suis tombé la semaine dernière sur un article dans Le monde Magazine à ce sujet, ça m’a donné envie d’en parler. Oui je suis une vraie fan de basket depuis pas mal d’années déjà et que les choses soient claires, je ne me pense en aucuns cas au dessus des autres avec cet article et ce n’est pas une attaque non plus. On est aussi là pour partager des idées et des points de vue, alors j’en profite ! 

stan-smith-vintage

<< Les magazines de mode sont formels: les baskets sont les nouvelles chaussures qu’il faut porter. Les souliers de sport libèrent la femme des vertiges du talon aiguille. Du coup, Adidas en a profiter pour ressortir ses fameuses Stan Smith, des baskets cultes qui portent le nom d’un joueur de tennis américain des années 1970 et que l’on a souvent vues aux pieds des artistes hip-hop et fans de rap. Ces choses blanches au profil rétro ont envahi les villes au point qu’on se croirait parfois dans un épisode de « prisonnier » : la Stan Smith est devenue un uniforme. Et c’est suspect. Dans cette marée tendance, il existe cependant un certain nombre d’indices qui permettent de repérer << la femme qui n’a jamais porté de baskets de sa vie >> – sauf au tennis, ironiquement. Plus connue de ses concitoyens comme la bourgeoise branchée, elle est fière de sa coiffure au carré long et blond impeccable et ses Stan Smith sont neuves immaculées – alors que les vraies amatrices portent les mêmes depuis dix ans, le cuir est donc gribouille et froissé, les lacets d’un blanc douteux. L’imposteur se trahit aussi par une démarche bizarrement élastique et bondissante, une façon de poser les pieds au sol comme sur un trampoline, soit un symptôme fréquent quand on n’est pas habituée à la semelle moelleuse d’une basket. Elle ne sait pas non plus avec quoi porter ces nouveaux souliers mode et cool. La voilà donc avec un sac à main très chic et très cher (un grand format impressionnant griffé Hermès ou Céline le plus souvent). Bien sûr, c’est la mode de mélanger les styles et les registres. Mais cette femme ne l’a pas fait exprès, c’est son accessoire de tous les jours qu’elle arbore naturellement. Et son manteau ? Une pièce néorock qu’elle est fière d’avoir repérée dans la vitrine Maje, tellement moins chère que chez son fournisseur de cachemire habituel. A ce stade, les gamines en slim quelle croise dans la rue lui lancent un regard lourd de reproches, le même qu’elles ont lancés à leurs mère le jour ou celle-ci a annoncé avoir désormais un compte Facebook et qu’elle avait demandé ses enfants en amis. Son cas s’aggrave encore quand elle assure adore Pharrell Williams: en vrai elle le confond avec Jay-Z et écoute jean-Jacques Goldman dans sa Mini Cooper. Si elle n’est vraiment pas à l’aise dans ces baskets, cette femme-là est en tout cas très utile pour mesurer la durée de vie d’une tendance. Si celle-ci est arrivée jusqu’à elle, c’est que la mode est déjà passée à autre chose. >>  CARINE BIZET

Pour moi on se retrouve un peu face à la réalité, on peux pas nier que partout ou on vas, si on prend deux minutes pour regarder les passant ( j’peux vous dire que j’en vois un paquet par jours des paires de pompes..) une personne sur deux à des baskets aux pieds. Chouette j’me disais à la base, c’est bien de se décoincer un peu quand même ! C’est coloré, c’est fun et j’adore cet esprit « street » qui se dégage d’une paire de basket ( logique n’est ce pas ? ). Bon elle critique celle-ci mais qu’en est-il de son cas ? Ok à l’instant même ou j’écris tout ça, jl’es voient depuis mon lit, mes Stan Smith.. ( alors celle là elle est gonflée) mais elles sont vintage, une édition limitée sortie de je ne sais ou comme par miracle. Les baskets et moi ça commence a remonter déjà.. Au lycée déjà (j’suis pas si vieille mais ça passe vite) je portais toujours des baskets un peu kitsch et j’avais mis la main sur une paire de Stan Smith a scratch, oui oui j’ai osé ! Je les porte du coup depuis presque dix ans, elles sont pourries mais je les aime. Les baskets elles prennent un peu plus de place dans notre shoesing chaque jours. Après bah c’est bien d’essayer mais c’est pas donner à tout le monde ( c’est pas la meilleure manière dle dire mais on s’comprend) d’avoir l’air « crédible » en basket. J’veux dire par là, que oui se payer une méga belle paire trop cool pour faire comme les copines ( ou les stars dans les magazines, encore pire) bah c’est bien pour l’estime de soi certes. Suivre le mouvement ça permet de s’identifier, c’est gratifiant de se dire qu’on appartient à un groupe de gens cool et stylés. Mais les baskets c’est avant tout une histoire, des marques cultes et des artistes derrière tout ça. Etre fan de basket pour moi c’est un tout, c’est aimer le design, la mode mais aussi le vécu. Et surtout, ça signifie quelque chose pour soi, c’est bien d’être à l’aise ouais, mais personnellement toutes mes paires de basket « signifie » quelque chose pour moi. C’est comme notre jean préféré, on a vécu pleins de trucs avec, on a des souvenirs. Une paire de baskets c’est pareil, ia celles des soirées, celles des rendez-vous ( oui je vais a mes rencards en baskets ET ALORS ?), elles nous représente, nous donne confiance et sont souvent la touche finale à une tenue pour les fans de mode en tout genre.

Les basket et vous, ça donne quoi ? Une longue histoire, un petit flirt ?.. Vos avis m’intéresse sur le sujet. Bon dimanche des bisous les amours ❤

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s